Jaguar XE, la X-Type en mieux

 

 

 

 

Ça y est c’est arrivé, la Jaguar XE est enfin présentée au public, après une premièrefracassante à Londres, avec son arrivée par hélicoptère.

La nouvelle berline anglo-indienne reste globalement similaire à ce qui a été évoqué lors de sa présentation. Mais Saint Thomas disait qu’il ne croyait que ce qu’il voyait, nous sommes donc allés à la rencontre de la nouvelle Jaguar XE.

Jaguar, un stand tout de même privé

Bien que l’indien Tata ait fait l’acquisition du groupe depuis maintenant 6 ans, la marque anglaise se réserve tout de même une certaine exclusivité en régulant l’entrée au stand Jaguar, là ou les amateurs de voitures se mettent les uns sur les autres devant le stand Ferrari.

Et pour insister sur cette exclusivité, Jaguar fera profiter son public non pas d’une, mais bien de trois différentes XE, dont la plus belle et la plus exclusive restera entourée d’une barrière et verrouillée.

 

 

 

 

L’extérieur de la Jaguar XE

La Jaguar XE reprend typiquement les codes stylistiques introduits sur la récente XJ et sur la XF restylée, à savoir de longs optiques profilés et agressifs, l’immense calandre accompagnée de prises d’air béantes dans le bouclier, et la petite prise d’air latérale ornant le logo Jaguar.

 

 

 

 

Le capot bombé laisse supposer que Jaguar est capable de bonnes choses, et c’est le cas ! Mais nous en parlerons plus tard. A l’arrière, nous restons stupéfait devant la coupure abrupte de ligne, faisant de cette poupe un élément provoquant de cette XE. On aime ou on aime pas, mais ici, on adore, bien que ces feux arrières rappellent tout de même un petit côté Audi, voire Mazda.

La Jaguar XE affiche une correcte longueur de 4.67m pour une garde au sol de 110mm. De quoi la maintenir bien ferme sur ses 4 roues.

 

 

 

 

A l’intérieur de la nouvelle XE

Il le fallait, l’intérieur rappelle sans conteste la classe anglaise dans sa meilleure définition, à savoir une qualité d’assemblage irréprochable, une longue bande entourant le tableau de bord et nous rappelant la marque dans laquelle nous avons pris place.

L’instrumentation reste très classique, à l’image de ce que pourraient faire les autres constructeurs, mais leur disposition reste très épurée et représentative de la marque, et reprend même des éléments de la grosse XJ.

 

 

 

 

Les sièges en cuir (en série sur toutes les finitions sauf la Pure (détails plus bas)) sont très enveloppants et confortables, et incitent à ne pas se lever, surtout quand on fait face à un tableau de bord très propre et très accueillant, le tout caché derrière un volant avec un airbag parfaitement rond, détail utilisé chez nombre de marques actuelles telles que Audi ou… Bentley.

Les places arrières restent correctes, bien qu’un peu restreintes pour de grands gabarits, mais pas jusqu’au point de se plaindre. Le volume de coffre quant à lui affiche une capacité de 455 litres.

A première vue, la boîte de vitesse parait totalement incompréhensible, et rend difficile le choix entre les « PRNDS » habituels, mais une fois le contact allumé, une molette se lève et permet le choix. Molette que l’on pourrait assimiler à un bouton de réglage de volume sur une autre quelconque voiture.

 

 

 

 

Quelles motorisations pour la nouvelle XE ?

Jaguar accessible oblige, la plus petite des Félines se parera évidemment de motorisations diesel, et qui plus est 4-cylindres, mais espère impacter de manière beaucoup plus forte que ne l’a fait la X-Type, subissant un échec violent.

Voici la liste des motorisations disponibles sur la Jaguar XE :

  • 2.0 Diesel E-Performance : 4-cylindres de 163ch et 380Nm. Consommation de 3.8L/100km et 99g (!!!) (BM6) / 104g (BVA8) de CO2

  • 2.0 Diesel : 4-cylindres de 180ch et 430Nm. Consommation de 4.2L/100km et 110g de CO2

  • 2.0 turbo essence : 4-cylindres de 200 / 240ch et 280 / 340Nm. Consommation de 7.5L/100km et 179g de CO2

  • 3.0 (XE-S) : V6 suralimenté de 340ch et 450Nm. Consommation de 8.1L/100km et 194g de CO2

La XE dispose donc d’une motorisation d’entrée de gamme avec un 4-cylindres très économique avec une consommation hallucinante de 99g de CO2 (digne d’une Peugeot 208 Hdi de 68ch…), mais propose également quelques chevaux de plus grâce à la version XE-S.

Vous vous rappelez du capot bombé décrit précédemment ? Et si Jaguar y mettait le V8 de la XF-R ou de la XF-RS ? C’est une possibilité, mais sachez qu’avec une puissance oscillant entre 500 et 550ch, les RS4, C63 AMG et M3 ont déjà de quoi trembler.

 

 

 

 

Prix, finitions, et équipements de la nouvelle XE

Il s’agit tout de même d’une Jaguar, donc se doit d’être bien équipée. Et pour cela, la firme féline propose 5 finitions (plus une destinée aux professionnels).

Voici la liste des finitions disponibles de la belle Jaguar XE :

  • Pure à partir de 37.000€ : système de démarrage en côte, stop&start, alerte de franchissement de ligne, jantes 17 pouces Turbine, rétros extérieurs chauffants électriques, essuies-glaces et phares auto, radar de recul, Jaguar Sound System, Bluetooth, écran 8 pouces, volant cuir, clim auto bizone, démarrage sans clé Jaguar Smart Key System

  • Prestige à partir de 41.210€ : Cuir Taurus, volant multifonctions, finition intérieure en aluminium, système de navigation avec Jaguar Voice, éclairage intérieur d’ambiance, sièges rabattables

  • R-Sport à partir de 42.850€ : Rétro intérieur électrochromatique, jantes 17 ou 18 pouces, châssis sport, kit extérieur R-sport avec badges spécifiques, entourage des vitres Gloss Black

  • Portfolio à partir de 45.000€ : sièges en cuir Pleine fleur réglables électriquement, rétros extérieurs rabattables électriquement, phares xénon et feux diurnes à LED, radar de recul avant et arrière avec caméra, jantes 18 pouces Arm

  • S à partir de 61.800€ : sièges sport en cuir / suédine, seuils de portes avec logo S, jantes 18 pouces Templar, étriers de frein rouges, kit extérieur S avec badges spécifiques, double sortie d’échappement, pédalier en métal, suspensions Adaptive Dynamics, finition intérieur en aluminium maillé

Alors, laquelle vous tente ? La Jaguar XE est très bien dotée, et prouve une fois de plus le savoir-faire de Jaguar.