Acheter sa voiture d’occasion en Allemagne coûte-t-il moins cher ?

 

Il est de notoriété publique qu’acheter sa voiture d’occasion en Allemagne coûte moins cher qu’en France. Pourtant, vous en connaissez beaucoup qui ont vraiment franchi le pas – enfin qui ont franchi le Rhin – pour ramener une Audi A8 ou une Porsche 918 ? Car au final, les avantages ne sont pas si importants que cela et les contraintes administratives sont très nombreuses.

 

 

Documents fournis par le vendeur et nécessaires pour immatriculer un véhicule d’occasion allemand

 

 

Avant de réaliser votre achat, veillez à bien obtenir tous les papiers nécessaires à l’immatriculation du véhicule en France. Vous devrez vous rendre en préfecture avec ces documents que votre vendeur, particulier ou professionnel vous aura remis :

  • Le titre de propriété du conducteur (FZS Fahrzeugschein).

  • Le carnet d’entretien du véhicule (le Service-Heft).

  • Le contrôle technique (Tüv/Haupt-und-Abgasuntersuchung). A noter qu’un contrôle technique doit également être effectué en France pour une question de traduction.

  • Le certificat d’immatriculation du véhicule (Zulassungsschein).

  • Le certificat de conformité communautaire (COC) qui contient le numéro d’identification du véhicule, le numéro de réception communautaire et les caractéristiques techniques du véhicule. Il est fourni par le vendeur qui l’aura préalablement demandé à son concessionnaire.

 

Documents non-fournis par le vendeur mais nécessaires pour immatriculer un véhicule d’occasion allemand

 

 

Vous pensiez votre chemin de croix terminé en obtenant ces quelques pièces. Vous aviez tort car ce n’était que le début. Il vous faudra aussi récupérer :

  • Le certificat de cession d’un véhicule à moteur, délivré par l’administration française en trois exemplaires. Il est indispensable pour le centre des impôts afin d’obtenir le certificat qui indique que le véhicule est en situation régulière au regard de la TVA.

  • Un certificat d’Immatriculation Provisoire (CPI) valable 15 jours. Avec ce certificat, vous obtiendrez l’identification en WW. Il vous faudra ensuite faire poser des plaques d’immatriculation provisoires rouges.

  • Pensez aussi à vous renseigner sur le bonus-malus écologique auquel est soumise la voiture de vos rêves car vous devrez l’acquitter lorsque vous voudrez obtenir votre carte grise en France. Pour connaître le montant du bonus/malus, consultez le site du ministère de l’Environnement.

Il vous faudra une facture acquittée à l’entête du concessionnaire (Gebrauchtwagen-Kaufvertrag).

De retour en France, pensez à demander à un concessionnaire de la marque de votre voiture les documents de bord et le carnet d’entretien en langue française.

Au final, il n’est donc pas si intéressant d’acheter sa voiture en Allemagne car les prix plus bas qu’en France sont rattrapés par les frais et les démarches multiples que vous devrez réaliser pour y acquérir votre voiture d’occasion. De plus, contrairement à ce que l’on croit généralement, la TVA en Allemagne (19 %) est quasiment la même qu’en France (19.6 %). Cela correspond à une différence de 120 euros pour une voiture achetée 20.000 euros.

Pour une TVA basse, privilégiez le Luxembourg qui dispose d’un taux de 15 % digne d’un paradis fiscal puisque même Malte et Chypre (18 %) ne font pas aussi bien. La même voiture vous coûtera 920 euros de moins au Luxembourg. En tous cas, profitez-en, car le Luxembourg augmentera sa TVA le 1er janvier 2015.