Peugeot Citroën : fin de la technologie Hybrid Air ?

 

La technologie Hybrid Air combinant un moteur thermique à un dispositif hydraulique ne verra probablement jamais le jour chez PSA Peugeot Citroën. Sensée concurrencer les motorisations hybrides essence-électrique de Toyota, l’Hybrid Air était pourtant prometteuse pour réduire consommations et émissions en ville.

 

Une technologie développée en partenariat avec R. Bosch

Décidément, le deuxième constructeur automobile français n’est pas heureux en matière de véhicules hybrides. Après l’arrêt de la technologie HYbrid4 annoncée pour 2017, le groupe PSAPeugeot Citroën s’apprête à enterrer le projet Hybrid Air. Alors que l’HYbrid4 combine un moteur diesel à un moteur électrique installé sur le train arrière – la Citroën DS5 ainsi que lesPeugeot 3008, 508 et RXH en sont équipés –, l’Hybrid Air associe un moteur essence à un dispositif hydraulique. Convaincante en ville lors des essais presse réalisés au début du mois de juin dernier, la technologie développée en partenariat avec l’équipementier allemand R. Boschpromettait des émissions de CO2 réduites tout en étant moins chère que l’hybride essence-électrique proposée par Toyota.

 



 

Nouvelle orientation : le véhicule hybride rechargeable

Selon un article du journal Les Echos paru le 11 janvier dernier, l’Hybrid Air serait abandonnéeau profit de l’hybride rechargeable. Associant un moteur thermique à un ou plusieurs moteurs électriques alimentés par une batterie rechargeable sur une prise de courant domestique ou une borne de recharge adaptée, les véhicules hybrides rechargeables ont la cote dans la bataille engagée contre les émissions polluantes. Et pas seulement en Europe … En Chine, où le groupe PSA Peugeot Citroën a commercialisé 700 000 véhicules l’an passé, les autorités ne subventionnent à l’achat que les modèles à batteries, à savoir les véhicules électriques et hybrides rechargeables. L’Hybrid Air est dépourvue de toute batterie … Par ailleurs, le père de cette technologie, Karim Mokkadem, a quitté le groupe en septembre dernier, laissant orpheline son équipe composée de quelques 180 ingénieurs. De son côté, l’équipementier R. Boschenvisagerait de commercialiser son savoir-faire auprès des constructeurs indiens.