En 2014, les recettes du bonus écologique pour l'Etat ont été nettement supérieures aux dépenses du bonus. Seul le mois de décembre a fait exception.

 

En 2013, le système de bonus/malus écologique avait coûté à l'Etat 53 millions d'euros de plus que ce qu'il lui avait rapporté. La diminution des bonus et le durcissement des malus entre fin 2013 et début 2014 ont inversé la tendance. En 2014, le malus a rapporté environ 300 millions d'euros pour des dépenses liées au bonus de 230 millions d'euros en 2014, soit un gain de 70 millions d'euros.

Les sommes collectées en hausse de 18% ont largement compensé la baisse d'environ 25% des immatriculations de véhicules soumis à un malus. Le recul de 8% des ventes d'hybrides a également participé. Le faible volume représenté par la hausse de 8% des électriques a visiblement pesé peu dans la balance.

 

Décembre 2014 : une inversion ponctuelle ?

Il est à noter qu'après onze mois de solde positif pour l'Etat, le bonus a coûté plus au gouvernement que ce que le bonus a rapporté au mois de décembre 2014, avec 29 millions d'euros dépensés pour 16 millions gagnés. Cela pourrait s'expliquer par une hausse des ventes de voitures profitant du bonus en fin d'année suite à l'annonce d'un nouveau durcissement du barème pour 2015.

En effet, le bonus n'est désormais accordé qu'aux véhicules hybrides et électriques. Il est abaissé de près de 40% pour les premiers et reste inchangé pour les seconds. Les tranches et montants dumalus écologique sont les mêmes qu'en 2014