Les 5 pièges à éviter en ville en voiture

 

De nombreux facteurs sont responsables d’accidents de la route en milieu urbain. Conduire en ville est une source de stress beaucoup plus importante que la conduite sur des grands axes. Il faut être vigilant, réveillé, et très concentré. D’autant plus que les français sont stressés au volant, les distances sont plus courtes, c’est une conduite qui est très répétitive, et on essaie donc de « rattraper le temps perdu« .

Il suffit de penser à traverser la place de l’Etoile en voiture pour comprendre que toutes ces recommandations doivent être appliquées.

Alors quels sont les pièges à éviter en ville ?

 

 

Quelques chiffres pour commencer

En 2011, ce sont 67.288 accidents corporels qui sont survenus, dont 28.000 graves. Les trois quarts de ces accidents se sont produits en ville, dans le département d’immatriculation du véhicule. En d’autres termes, ces accidents se sont produits sur des itinéraires familiers.

Voici donc la liste des 5 pièges les plus fréquents en ville.

 

 

Piège N°1 : L’habitude

Si vous êtes en retard pour aller travailler, en tant que piéton, vous courrez sur le trottoir, et au moment de traverser entre deux véhicules stationnés, vous n’avez pas vu la voiture ou le scooter arriver qui peut vous percuter de plein fouet.

Les victimes pédestres des accidents connaissent en général leur trajet par coeur, c’est comme un automatisme. Les piétons sont donc plus habitués, et l’habitude peut être un facteur d’accident, que l’on soit piéton ou automobiliste.

En France en 2011, ce sont 11.412 blessés corporels qui ont été comptabilisés. Une fois sur deux, les piétons sont responsables de leur accident. Pourtant, en tant qu’automobiliste, vous serez toujours fautif aux yeux de la loi, même si un piéton se jette sous les roues de votre voiture. Cette loi, dite loi Badinter a été créée le 5 juillet 1985 qui dit que la responsabilité de l’automobiliste est automatiquement engagée en cas d’accidents avec un piéton ou un cycliste.

 

 

 

Piège N°2 : La distraction

Une fois au volant de votre voiture, en ville, la circulation se fait à basse vitesse, ce qui estpropice au divertissement. Entre les magasins à droite à gauche, et quelques SMS à un feu rouge, votre attention peut très vite être détournée de la route. Ce genre de circulation est souvent le théâtre de nombreuses activités intra-voiture telles que le maquillage par exemple pour les filles. Et c’est à cet instant qu’un cycliste déboule de nulle part.

Qu’il s’agisse du téléphone, ou même de musique, il existe de nombreux facteurs pouvant retirer votre attention de la route.

 

 

Piège N°3 : Sous-estimer les risques

Une courte distance associée à une faible vitesse dans les trajets urbains peut provoquer une conduite plus relâchée. Passer rapidement récupérer un objet oublié chez un ami qui habite dans le coin, cela n’est pas une raison par exemple pour oublier la ceinture de sécurité. Rappelons quand même que l’oubli de la ceinture est passible d’une amende de135€ et d’un retrait de 4 points.

 

 

 

 

Même à 20km/h, le choc peut-être suffisamment violent pour être mortel. De très nombreux accidents surviennent à moins de 3km du domicile, donc que ce soit pour faire 50 mètres ou 50 kilomètres, il est toujours conseillé et même obligatoire de mettre votre ceinture de sécurité.

 

 

Piège N°4 : La cohabitation avec les autres usagers

Même si les piétons et les cyclistes sont les plus touchés, et bien évidemment les plus fragiles, la cohabitation entre les deux roues et les voitures est souvent difficile. En France en 2011, il y a eu 20.219 blessés au guidon d’un deux-roues (hors cyclistes). La plupart du temps, c’est l’absence de clignotants qui provoque la collision. De même pour le feu orange, qui pour environ 8 français sur 10, n’existe plus.

 

 

 

Piège N°5 : la visibilité

Bus, vélos, taxis, voitures, cars de touristes, motos, on n’y voit plus rien. Ajoutez à cela le nombre inconsidérable de panneaux, et vous obtiendrez une visibilité quasiment nulle. Trop d’informations tue l’information.

De même, les radars sont très surveillés par les automobilistes, au détriment des autres usagers.

Un accident est vite arrivé. Alors faites attention sur la route. Conduire en ville c’est jouer avec sa propre sécurité, mais aussi avec celle des autres.