Les 4 idées reçues sur l'essence

 

On entend souvent parler du diesel, car il soulève de nombreuses polémiques quant aux particules fines qu’il rejette. Souvenez-vous, un questionnement concernant l’interdiction du diesel en France, ou du moins dans les grandes villes, a été orchestré lors de l’incroyable pic de pollution, conduisant à la mise en place de la circulation alternée, le 17 mars 2014.

Mais qu’en est-il de l’essence ? Doit-on lui attribuer tous les vertus ? Les puristes diront que oui, mais il cache pourtant des choses.

Voici les 4 idées reçues sur l’essence.

 

Première idée reçue : une voiture essence est plus chère ?

 

Vrai et Faux ! Avant d’attribuer un avis franc, il faut tout d’abord voir selon quel point de vue nous répondons à cette question car le terme « cher » peut faire référence à plusieurs choses.

Tout d’abord, c’est un fait, l’essence à la pompe est nettement plus chère que le gazole. Une tendance inverse chez nos voisins anglais, car le diesel est plus taxé là-bas qu’en France. Bien que l’écart ait tendance à se resserrer, l’essence est encore bien plus chère que le diesel. Cependant, une possibilité d’augmentation de la taxe du diesel en France est actuellement sous gros questionnement. Peut-être arriverons-nous a une égalité des prix à la pompe ?

En revanche, en terme d’entretien du véhicule, une voiture essence est beaucoup moins onéreuse qu’une voiture diesel. En effet, des éléments tels que les injecteurs, voire même les différentes pièces de la courroie de distribution peuvent s’user plus vite sur un moteur diesel, du fait des vibrations beaucoup plus importantes.

Tout comme l’entretien, l’achat de voitures équipées de moteurs essence est moins onéreux que celui des diesel. Ceci est du au fait que les voitures diesel sont conçues avec une mécanique plus sophistiquée. D’où la différence de prix.

Donc mis à part le prix de la pompe, une voiture essence reste moins chère qu’une voiture diesel.

 

 

 

 

Deuxième idée reçue : les voitures essence consomment plus

Vrai, mais…

L’écart tend peu à peu à se resserrer du fait de l’arrivée de nouvelles technologies, et de l’avancée technique que proposent les nouveaux moteurs. Cependant, les moteurs essence restent plus gourmands que les moteurs diesel.

Cependant, la comparaison en ville mérite d’être effectuée. Les temps de chauffe plus courts des moteurs essence favorisent une consommation relativement basse, notamment pour les citadines. A l’inverse, les temps de chauffe plus longs des motorisations mazoutées contraignent à une consommation plus élevée de ces dernières, les rendant quasiment équivalentes à celles des motorisations essence. C’est d’ailleurs ce temps de chauffe plus long des diesel qui peut accélérer l’usure des pièces. C’est pour ça que la plupart des citadines (nouvelle Twingo, nouvelle C1, et 108) sont uniquement équipées de moteurs essence.

 

 

 

 

Troisième idée reçue : l’essence pollue plus

C’est vraux ! Le mix des deux mots a été volontairement employé ici car encore une fois, la réponse dépend du point de vue selon lequel nous nous plaçons.

Si nous pensons uniquement aux rejets de CO2, c’est effectivement l’essence qui consomme le plus. Surtout avec des moteurs diesel maintenant ultra performants, capable de rejeter 80g de CO2 contre 95 grand minimum pour l’essence.

Si nous nous positionnons du côté des particules fines, c’est très largement le diesel qui remporte la palme d’or, d’où les nombreuses polémiques à ce sujet. Quand vous apercevez une épaisse fumée noire se dégager d’un pot d’échappement, il s’agit à 99% d’un diesel. Avec une révision non effectuée depuis beaucoup trop longtemps.

 

 

 

 

Quatrième idée reçue : L’essence est plus agréable à conduire

C’est totalement vrai !

Malgré leurs défauts en termes de consommation, les motorisations essence sont les plus agréables à conduire. Plus silencieuses et moins vibrantes, elles ne transforment pas votre voiture en véritable machine à laver lorsque vous êtes à l’arrêt dans les bouchons. Les moteurs diesel prennent moins de « tours par minutes » que les moteurs essence. On assiste alors à un manque de souplesse à bas régime, une brutalité à moyen régime, et unétouffement significatif à haut régime.

Autre élément qui concerne un peu plus les connaisseurs, le bruit ! Bien qu’encore une fois, les diesel soient en nette progression, sur tous les points, le bruit rugissant d’un 1.6 HDi d’origine PSA reste très « tractoriel » par rapport à un doux 1.2 TFSI d’origine Volkswagen.